Archives de catégorie : Paris

Mathieu Philibert

matthew.phil[at]hotmail.fr

Titre de la thèse :

Quelles voix pour les droits humains ? Anthropologie des variations et des effets de voix des avocats pendant les plaidoiries

Résumé de thèse:

Je m’attacherai à montrer dans ma thèse en quoi la voix est un instrument de pouvoir utilisé par les avocats et avocates à des fins politiques et collectives durant leurs plaidoiries. Ce questionnement m’amènera tout d’abord à distinguer la voix des paroles dans la continuité de la classification par John Laver et Peter Trudgill (1979), dans le champ de la linguistique, des différentes facettes de la voix. Je m’attacherai à considérer principalement lesdits paramètres extralinguistiques (extralinguistische Indikatoren) ou purement vocaux qui incluent la « qualité de la voix », le rythme de la voix et la respiration, ainsi que lesdits indicateurs paralinguistiques (paralinguistische Indikatoren) comme l’expression vocale des émotions et l’intonation dans la voix. Je m’intéresserai en filigrane seulement auxdits paramètres linguistiques (linguistische Indikatoren) qui comprennent l’accent propre à l’individu ou à son groupe linguistique d’origine, l’accentuation et l’intonation des mots et enfin la sonorité. Ensuite, un autre enjeu de mon étude sera de rendre compte par le biais d’une ethnographie des pratiques et des usages vocaux faits par les avocats et avocates lorsqu’ils/elles plaident. Cela implique de faire ressortir les variations de voix, d’en identifier les effets et les raisons, et d’étudier en profondeur l’interrelation entre la voix et les émotions que l’avocat.e veut susciter au cours de sa plaidoirie. Comme l’écrit le ténor Jonas Kaufmann, « notre voix est l’ultime moyen de communication pas seulement pour le contenu, mais surtout pour l’émotion. » (“Our voice is the ultimate means of communication not only for content, but above all for emotion.”) Enfin, je m’intéresserai à la formation des avocat.e.s et enquêterai sur la part accordée à l’entraînement de la voix et à la réflexion sur les usages possibles de la voix. Cela implique de lier la voix à la question de l’empowerment des jeunes avocats, c’est-à-dire de questionner la nature des ressources et capitaux que l’acquisition de compétences vocales leur confèrent. 

Directrices de thèse et universités : Caterina Pasqualino (EHESS Paris, IIAC-LAIOS) et Lynda Dematteo (EHESS Paris)

Année de début de thèse : 2018