Archives de catégorie : Doctorant.e.s

Martin Strauss

martin.strauss[at]univie.ac.at

Titre de la thèse :
Neo-Kantianism and Sociology. Comparing German and French Academic Fields, 1870–1930

Résumé de la thèse :
L’autonomisation disciplinaire de la sociologie au tournant du XXe siècle coïncide avec la prédominance de philosophies néokantiennes dans les universités allemandes et françaises. Pour chaque pays les recherches ont montré de fortes influences de la pensée néokantienne sur les figures fondatrices de la sociologie (Weber, Simmel, Durkheim). Bien que l’analogie ait été remarquée, une comparaison systématique intégrant les transferts entre les deux espaces fait défaut jusqu’à présent. Le présent projet tente de combler cette lacune. Il développe une perspective originale en utilisant la théorie bourdieusienne des champs, l’histoire des rapports disciplinaires (Lepenies 1985, Ringer 1992) et les propositions récentes pour une histoire transnationale des sciences sociales (Heilbron/Guilhot/Jeanpierre 2009). L’approche proposée explique les différences et les similarités dans l’usage du néokantisme en sociologie par référence à la structure des champs académiques respectifs. À titre d’étude de cas, le projet analyse ce que l’on peut appeler la « sociologisation » de l’a priori kantien en sociologie de la connaissance. Dans les deux pays se rencontrent des conceptions des catégories et des formes pures de la sensibilité (l’espace et le temps) en tant que structures cognitives socialement constituées et historiquement variables. Des programmes de recherche sont développés pour les étudier empiriquement. La comparaison éclaircit le rôle du néokantisme dans la genèse de ces entreprises et permet de comprendre les différentes réactions aux défis du relativisme et de la réflexivité. Ainsi le projet contribue à une représentation plus complète des rapports et entre philosophie et sociologie en France et en Allemagne au tournant du XXe siècle.

Directeur et directrice de thèse et universités : Éric Brian (EHESS Paris) et Elisabeth Nemeth (Univ. Wien)

Année de début de thèse : 2016