Theo Schley

theo.schley[at]posteo.de

Titre de la thèse :

Jean de Luxembourg (1296-1346) et les réseaux urbains de la Bohême. Étude sur la marge d’action du roi dans les structures de pouvoir des villes

Résumé de thèse:

Mon projet s‘interroge sur la politique urbaine de Jean de Luxembourg au sein de son royaume de Bohème dans le contexte d’une relecture des communes comme des acteurs politiques autonomes.

En tant que roi de Bohème (couronné en 1311), Jean de Luxembourg fut seigneur d’un vaste réseau de villes émergé de la politique premyslide de colonisation et de peuplement des terres restées en friche dès le début du XIIIe siècle. Ayant remplacé et supplémenté le réseau de châteaux royaux du haut-moyen âge, dont les villes absorbaient les fonctions de pouvoir principales, ces dernières exerçaient des fonctions cruciales pour le contrôle du pays comme grand-châteaux et résidences royales, centres de justice, lieux d’étape de commerce, points de contrôles des routes principales et épine fiscale de la royauté. Ces communes, dotées avec des libertés importantes, disposèrent d’un certain dégrée d’autonomie, malgré leur obédience due à la couronne qui fut leur seigneur. La coopération de ces communes fut indispensable notamment pour Jean dit l’Aveugle qui, en tant que premier représentant de la dynastie francophone des Luxembourg sur le trône des Premyslides, peina longtemps à s’enraciner dans un pays dominé largement par une noblesse slavophone et qui, de plus, était obligé à une mobilité extrême pour gouverner ses domaines luxembourgeoises, mais aussi pour servir à sa vassalité au roi de France, et, enfin, pour mener une politique dynastique à l’échelle du Saint Empire Germanique. Outre leur importance pour le gouvernement interne du pays, les villes continrent des ressources de valeur politique auxquelles notamment ce « roi diplomate » (J. Spěváček) recourut lors de projets politiques majeurs : soit en s’appuyant sur leurs ressources financières, leur potentiel militaire ou bien leur expertise juridique, soit en distribuant des postes ou des droits régaliens et même des seigneuries sur les villes ellesmêmes comme moyen d’échange politique. C’est notamment dans le contexte des projets d’expansion territoriale mise en place par Jean entre 1319 et 1337 que la place des villes dans la pratique sera analysée en s’appuyant sur les éditions de diplômes royaux en faveur des villes qui seront interrogés comme le résultat non pas d’une relation hiérarchique de pouvoir entre seigneur et commune mais comme celui d’une négociation « horizontale » entre des acteurs politiques poursuivant les propres intérêts. 

Dans cette perspective, la ville est comprise comme un conglomérat de sujets collectifs et individuels (commune, acteurs de l’église, représentants des intérêts du roi, nobles présents sur place) emboîtés dans un espace limité et qui forment entre eux des relations denses mais
qui restent des acteurs séparés, et entrelacés dans des structures d’ordre supérieur. Ainsi, chacun de ces conglomérats présentent son propre lacis de coopérations, de concurrences, d’interdépendances, de voisinage ou bien de hiérarchie et de dominance.

A cause d’une documentation écrite urbaine qualifiable de lacunaire au meilleur des cas,
l’étude cherchera à reconstituer ces lacis urbains à travers une approche spatiale : Ainsi, les catégories de la centralité, des intérêts et conditions commerciaux, de la relations entre la ville et sa périphérie, de la concurrence autour de terres et de châteaux, du système des cours d’appellation et d’autres catégories aptes à décrire les structures conditionnant la prospérité d’une ville et donc nécessitant une politique pour la poursuivre seront les axes selon lesquelles ces intérêts seront reconstruite.

Dans un deuxième temps, les interactions entre royauté et villes seront interrogés dans la perspective d’une négociation entre de partenaires ou adversaires politiques. Ici, notamment les communes des cives, dotées de droits d’autocéphalie et d’autonomie et organisées autour de leur conseils municipaux, seront au centre de l’intérêt. La tendance d’extension de leur autonomie, déjà observable dans les documents, dût représenter un sujet délicat et critique dans un pays où la noblesse slavophone réclamait la représentation exclusive de la volonté générale, tout en excluant de la participation politique le nouveau groupe social de la bourgeoisie urbaine, majoritairement allemande. Chaque extension de droits juridiques ou d’influence, soit au niveau local, régional ou à l’échelle du gouvernement du pays devait rencontrer des fortes résistances. Cependant, entre 1325 et 1337, la politique de Jean envers les villes résulta justement dans un réajustement des relations entre villes et offices royaux, sous forme d’un nouveau tribunal de la cours pour les villes.

Cette interrogation des relations de pouvoir entre Jean de Luxembourg et les villes bohémiennes cherche à relire une historiographie qui jetait pendant longtemps un regard sceptique tant sur la performance du premier Luxembourg sur le trône que sur l’essor des villes sous sa tutelle; scepticisme largement fondé sur la chronique de Zbraslav, contemporaine à la vie de Jean et très influente sur l’historiographie moderne où l’image d’un rex inutilis parce que « roi étranger » et longuement dépassé par son fils, Charles IV, est perpétuée depuis les travaux de Frantisek Palacký. De même, la position des communes dans la société politique de la Bohème avant la révolution hussite devrait être relu afin de donner du relief à une image centralisée et étatique qui voit dans les villes surtout des filiales organisées par une centrale. Pour ce faire, les concepts et mode d’analyse développés pour l’analyse des villes immédiates et libres du Saint Empire Germanique (not. par H.-J. Heinig) propose un point de départ. 

Pour mieux comprendre les stratégies et modes de gouverner les divers paysages urbains dont Jean de Luxembourg fut seigneur non seulement dans son domaine oriental, mais aussi, en tant que margrave de Luxembourg, dans son pays héritier, une perspective comparatiste sera appliquée dans des études de cas.

Directeurs de thèse et universités : Pierre Monnet (EHESS Paris) et  Eva Schlotheuber (HHU Düsseldorf)

Année de début de thèse : 2018

Publications:

Theo SCHLEY, Die Kriegsheimkehr des Walther Cartellieri (September 1918-September 1919). Eine Fallstudie, in Francia 46 (2019), 252-280.

Theo SCHLEY, ‘So nach Hause zurückkehren ?’ Die Kriegsheimkehr des Walther Cartellieri, in Dokumente/Documents. Zeitschrift für den deutsch-französischen Dialog 4 (2017).

Theo SCHLEY, Anzac Day und Centenary des Ersten Weltkriegs – Australien zelebriert seinen Gründungsmythos, https://grandeguerre.hypotheses.org/656, mis en ligne le 21 juillet 2012.

Theo SCHLEY, Flanderns Programm des “Centenaire” des Ersten Weltkriegs 2014-18, https://grandeguerre.hypotheses.org/745, mis en ligne le 20 juillet 2012.

Theo SCHLEY, Wie man eine Schülerzeitung etabliert, in Jahrbuch des evangelischen Ratsgymnasiums Erfurt 6 (2004), 125f.