Lufeng Xu

lufeng.xu[at]ehess.fr

Titre de la thèse:

Le milieu technique dans la pensée d’André Leroi-Gourhan. Technoévolution et bioévolution au croisement de l’histoire des techniques en France et en Allemagne 

Résumé de la thèse :

Fondateur en France de l’ethnologie préhistorique, André Leroi-Gourhan (1911-1986) est l’héritier à la fois de l’école française d’anthropologie physique fondée au milieu du XIXe siècle par Paul Broca, et de l’école française d’ethnologie dont les représentants sont Marcel Mauss, Paul Rivet et Georges Henri Rivière (Barbe et Bert 2011). Pendant sa longue carrière académique, Leroi-Gourhan travaille sur la reconstitution de la vie quotidienne des hommes au paléolithique en retraçant le processus d’hominisation qui permet un passage du monde biologique à celui de l’histoire par l’intermédiaire de la libération de la main et de la parole.

De nos jours, un bon nombre d’ethnologues, archéologues, préhistoriens et philosophes lisent et relisent les écrits de Leroi-Gourhan, non seulement pour retracer la façon dont il ouvre les nouvelles voies de recherche, mais aussi pour revenir sur les cadres théoriques et méthodologiques qu’il forge à partir de ses recherches empiriques sur le terrain. A partir des années 1980, ses ouvrages principales ont été traduits en allemand tels que Le geste et la parole (Hand und Wort. Die Evolution von Technik, Sprache und Kunst) et Préhistoire de l’art occidental (Prä-historische Kunst. Die Ursprünge der Kunst in Europa). En outre, le récit de son voyage à l’Asie septentrionale (Eine Reise zu den Ainu) et son ouvrage sur les religions à la préhistoire (Die Religionen der Vorgeschichte) sont également disponibles en allemand. Néanmoins, il reste encore moins de l’écho dans l’espace germanophone.

Si nous croisons les regards franco-allemands sur les ouvrages de Leroi-Gourhan, nous trouvons que sa pensée s’enracine dans le croisement de la pensée des techniques en France et en Allemagne : d’un côté, son rapport à Hegel, Husserl et Heidegger dans le cadre des techniques et du langage (Villers 2010 ; Feyles 2019) ; de l’autre, son rapport à Henri Bergson, Georges Canguilhem et Gibert Simondon par rapport à l’évolution de la technologie (Guchet 2008). D’ailleurs, il s’agit également de l’anthropologie philosophique allemande parue dans la première moitié du XXe siècle, dont les représentants sont Erich Rothacker, Arnold Gehlen et Helmut Plessner, tentant de synthétiser les résultats de recherches en psychologie, en biologie et en ethnologie préhistorique pour faire des hypothèses philosophiques.

Parmi tous les concepts proposés par André Leroi-Gourhan, le «milieu technique » peut servir de fil directeur à comprendre l’ensemble de sa pensée des techniques. C’est aussi une notion clé à la fois relativement peu étudiée et directement liée au dialogue franco-allemand. Les relations de l’homme et de son organisation sociale au milieu naturel ont longtemps été étudiées dans le cadre d’une opposition entre nature et société. C’est dans le compromis entre nature et culture que nous trouvons un attribut distinctif d’Homo sapiens où interviennent l’habileté technique, le langage, l’activité symbolique et la capacité de s’organiser dans des collectivités en partie affranchies des continuités biologiques. Dans ce sens, le «milieu technique »peut être considéré comme une prise de position par rapport à la question de l’évolution des espèces et de l’évolution sociale. Pour Leroi-Gourhan, l’évolution technique ne procède pas par variation et sélection au sens de la bioévolution darwinienne, mais il faudrait savoir s’il faut penser l’évolution technique dans un cadre et un schème biologique darwinien, ou s’il faut la penser dans un cadre différent proprement technologique. Donc, ce à quoi je m’intéresse prioritairement, c’est le « milieu technique» de Leroi-Gourhan comme un trait d’union entre «technoévolution » et «bioévolution ». 

Directeurs de thèse et universités : Claudine Cohen (EHESS) et Leopoldo Iribarren (EHESS)

Début de thèse : 2020