Barbara Bauduin

barbara.bauduin[at]gmail.com

Titre de la thèse :
Qui fait la loi ? Généalogie de la mesure de rétention de sûreté en France

Résumé de la thèse :
Le 25 février 2008, une nouvelle modalité d’enfermement voyait le jour en droit pénal français : la rétention de sûreté. Traditionnellement présentée et interprétée en termes de rupture par rapport à la pénalité classique, la rétention de sûreté permet de maintenir enfermée, à l’issue de sa peine et au motif de sa dangerosité, une personne initialement condamnée à quinze ans de réclusion criminelle pour les infractions jugées les plus graves. À la croisée d’une sociologie politique du droit et d’une ethnographie de l’État, cette thèse de doctorat appréhende l’innovation législative que constitue l’introduction de la rétention de sûreté en droit pénal français à travers les agents de son institutionnalisation. Pour analyser leur contribution à la création du dispositif à la lumière de leur trajectoire sociale, elle articule observations en administration et en juridiction, entretiens avec des professionnels du droit et de la justice, archives juridiques et judiciaires. À travers la généalogie du dispositif de rétention de sûreté, elle éprouve l’hypothèse d’une construction normative empirique permise par un ordre moral partagé.

Directrice de thèse et université :
Martine Kaluszynski (univ. de Grenoble)

Année de soutenance : 2018

Situation actuelle : étudiante en dernière année de doctorat

Page personnelle



Citer ce billet
JG (2018, 22 juillet). Barbara Bauduin. Collège doctoral franco-allemand / Deutsch-französisches Doktorandenkolleg. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nm84