Léa Eynaud

eynaud.lea[at]gmail.com

Titre de la thèse :
Ville durable et (biens) communs : enquête comparative des processus de réappropriation citoyenne à Paris et Berlin

Résumé de la thèse :
Par-delà la dichotomie traditionnelle entre privé et public, le concept de (biens) communs jouit actuellement d’une popularité grandissante, tant du côté de la société civile que dans les sphères politique, juridique et académique. Si les définitions divergent, les biens communs renvoient généralement à un système auto-organisé par lequel une communauté de personnes gère une ou des ressources de manière collective et durable. Le présent travail se propose d’étudier la façon dont les acteurs font expérience des communs, les définissent et les revendiquent dans l’espace urbain, avec deux objectifs principaux. Sur le plan empirique, notre recherche s’interroge sur le bien-fondé et les modalités d’une transition urbaine durable par les communs, en dégageant ce qui fait à la fois l’unité et la diversité de leur réappropriation. Sur le plan théorique, il s’agit de clarifier le corpus théorique existant sur les communs et de proposer des pistes en faveur d’une meilleure adéquation de celui-ci à la réalité de l’objet tel qu’il est appréhendé, fait et voulu par les acteurs sur le terrain. Pour ce faire, notre analyse s’appuie sur une investigation approfondie de différentes arènes de production, de débat et de réflexion autour des communs : lieux de formalisation de la recherche savante et profane, arènes institutionnelles, politiques et juridiques. Mais notre étude se porte également sur trois terrains concrets de réappropriation des communs dans les villes de Paris et Berlin : jardins partagés, coopératives d’énergie et lieux dédiés au réemploi des déchets.

Directeurs de thèse et universités :
Daniel Cefaï (EHESS Paris) et Edwin Zaccaï (Univ. libre de Bruxelles)

Année de début de thèse : 2014

Page personnelle